Dosage des molécules des huiles essentielles

L’interaction des différentes composantes et molécules nous montre l’effet important de ces huiles essentielles, c’est d’ailleurs le principe des synergies d’huiles essentielles. Un assemblage d’huiles essentielles pour augmenter la puissance de chacune, c’est le principe de la synergie. Cela pourrait être contradictoire à simple vue, en effet certaines huiles comme l’huile de lavande, ainsi que d’autres huiles essentielles, peuvent agir à la fois comme stimulant et relaxant, selon la dose on pourra transformer un stimulant en sédatif par exemple avec le saro.

Les proportions des molécules d’une huile essentielle peuvent varier légèrement en fonction de son origine, type de culture, climat, époque de la récolte des plantes et méthode de récolte et distillation ; mais ce sont des fluctuations généralement faibles mais qui peuvent légèrement influer sur les propriétés de l’huile, cela ne sera perceptible qu’après analyse.

Bien que cela pourrait expliquer de petites différences de vitesse d’action en fonction des lots même s’il faudrait faire des analyses bien plus poussées pour être sûr que cela soit vraiment dû à ces différences plutôt qu’à des différences physiques/psychiques au moment des différentes prises.

Quelques ingrédients, comme les cétones et les phénols, ont assez mauvaise réputation à cause de leurs nombreux effets secondaires. Mais les huiles essentielles qui les contiennent possèdent de magnifiques propriétés curatives, si elles sont correctement dosées. Dans ces cas-là, le négatif devient positif (c’est le même principe en homéopathie)!

Les huiles avec un pourcentage élevé en cétones, comme celle de la menthe (15-30%), ou avec une grande quantité de phénols, comme celle du thym (jusqu’à 55%), devront être utilisées en petites doses et jamais pendant des périodes prolongées.

 

Important : l’espèce de la plante

lavande

Champ de lavande en PACA

 

Ceci est seulement valable si l’on parle de la même espèce et variété de plante. Les différentes variétés de lavandes par exemple ont les mêmes molécules mais en différentes proportions et selon la variété, l’eucalyptus et la menthe sont aussi dans ce cas-là. Cela est dû à la variété souvent issu d’une sélection naturelle ou « humaine » visant à renforcer un caractère précis, cela modifiera donc leurs utilités et la manière dont il faut les utiliser. C’est pour cela qu’il est important de spécifier dans chaque huile essentielle le nom scientifique de la plante, la provenance, ainsi que la variété.

C’est aussi pour cela qu’on parle d’huiles essentielles chémotypées, cela veut dire que l’on a analyser la composition de l’huile essentielle et donc la proportion des différentes molécules, on pourra citer le citronnellol, le linalol et bien d’autres encore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *